Quels sont les tests d’allergie ?

Une allergie est une réaction de défense du système immunitaire humain contre des substances ou bien les bactéries que l’organisme du corps humain ne tolère pas. Plus le système immunitaire est sensible à une substance allergène, plus les symptômes sont forts. Les allergies peuvent entraîner des larmoiements, des rougeurs sur quelques parties du corps, des crises d’éternuement, un rhume, des démangeaisons, des éruptions cutanées ou des douleurs abdominales. Dans de rares cas, une réaction allergique peut également déclencher un choc anaphylactique. Cela entraîne un rétrécissement des voies respiratoires, ce qui provoque un grave essoufflement et une forte baisse de la pression sanguine. Sans traitement immédiat, un tel choc peut mettre la vie en danger. Pour savoir quelle substance déclenche la réaction allergique, différents tests sont possibles : des tests cutanés, des tests sanguins et des tests dits de provocation. Le choix du test d’allergie est généralement déterminé par la description des symptômes et les antécédents médicaux du patient.

Que se passe-t-il lors des tests cutanés ?

Les tests cutanés sont faciles et rapides à réaliser. En général, c’est une première analyse diagnostique du patient. Alors, les éventuelles substances allergènes sont appliquées sur la peau et la réaction est testée. Cela se fait généralement sur le dessous de l’avant-bras, et parfois sur le dos aussi.

Découvrez les procédures du Prick !

Le mot anglais “prick” signifie “piqûre”. Ainsi, le médecin fait couler une solution aqueuse contenant des allergènes tels que du pollen ou des traces de poils d’animaux sur des zones marquées de la peau. Ensuite, le médecin incise à légèrement la peau l’aide d’une lancette pour faire pénétrer une partie de la substance dans l’organisme. Afin de clarifier une allergie alimentaire, la lancette peut d’abord être piquée dans un aliment, puis dans la peau. Cependant, une réaction allergique se manifeste au niveau de la zone cutanée marquée par des rougeurs et des squames. Le prick  est particulièrement utile pour détecter les allergies dont le déclencheur provoque une réaction immédiate après le contact tel que le rhume des foins ou certains aliments allergies.

L’importance des tests intra-cutanés

La procédure de cet examen est similaire à celle du prick, sauf que la solution contenant l’allergène est injectée dans la peau. C’est ce que les allergologues appellent test par voie intra-cutanée. Un examen intra-cutané permet également de détecter les réactions allergiques plus faibles. Par ailleurs, ce dernier est un peu plus désagréable en raison de l’injection directe sous la peau. Aussi, il peut déclencher des réactions allergiques plus fortes. Alors ce dernier n’est utile que si un prick test n’a pas montré une réaction suffisante.

Quelques informations sur le test de grattage

Le grattage est en général utilisé pour les allergies de la peau. Dans ce test, la substance allergène sera “frottée” directement sur la peau. De cette façon, la substance pénètre le tissu de la peau sans attendre des jours de réaction immunitaire. Ce processus est censé provoquer une réaction cutanée plus forte. Cependant, pendant le “grattage”, il n’est pas possible de contrôler exactement la quantité de substance allergène qui pénètre dans la peau et les tissus. En outre, les irritations cutanées sont plus fréquentes qu’avec le prick test, indépendamment d’une réaction à la sud immunité. Ce diagnostic est donc considéré comme moins fiable. Toutefois, ce dernier est plus utilisé chez les enfants dont la peau émet un signe d’eczéma ou d’autre maladie de la peau. Par ailleurs, il est important d’intervenir et de suivre des traitements dès la première apparition des signes, car cela peut se répandre rapidement sur toute l’étendue du corps.

Le test de frottement

Ce type d’expérience est en principe similaire au grattage. Cependant, il faut un peu plus de temps que le test de piqûre pour obtenir un résultat. En cas d’allergie, une rougeur de la peau et des papules sont visibles après environ 20 minutes.

Découvrez le mode de détection d’allergie dite « patch »

Le patch est adapté à la détection des allergies dont les symptômes n’apparaissent qu’une demi-journée à trois jours après le contact avec le déclencheur. Par ailleurs, ces éléments déclencheurs sont généralement des substances uniques. Dans ce cas de figure, un patch est collé sur le dos du patient ou bien de l’enfant pendant une journée. S’il n’y a pas de réaction après l’enlèvement, attendez encore 24 heures et vérifiez à nouveau la peau. Parfois, un contrôle est également nécessaire après le troisième jour. Dans le cas d’une allergie de contact, la peau réagit de manière similaire à une inflammation. C’est ce que les allergologues appellent « dermatite de contact ». Les signes sont assimilables à un gonflement de la peau, des rougeurs, des démangeons ou bien la formation des cloques au niveau de la surface externe de la peau. Ce dernier apparaît souvent chez les enfants.

À quoi servent les tests sanguins ?

Lors de la recherche d’un déclencheur, un examen sanguin peut également être nécessaire. Par exemple, une maladie de la peau pourrait fausser le résultat des autres tests de contact. Ainsi, ce dernier sera utilisé pour confirmer le résultat. Alors, le médecin prélèvera du sang dans la veine du bras. Ensuite, l’échantillon de sang sera analysé au laboratoire pour déterminer sa teneur en anticorps, à savoir les anticorps IgE. Elle peut être élevée en cas d’allergie. En outre, la quantité d’anticorps antiallergiques n’est pas nécessairement liée à la gravité des symptômes.

Comment fonctionnent les tests de provocation ?

Parfois, il n’y a pas de forte réaction allergique sur la peau. Dans ce cas, un diagnostic d’allergie par provocation peut fournir une certitude quant à l’élément déclencheur.
Dans le cas du rhume des foins, par exemple, l’allergène suspecté peut être appliqué sur la muqueuse nasale. On observe ensuite si l’organisme réagit par des irritations dues aux éternuements, un nez bouché et des yeux larmoyants. Par ailleurs, les allergènes peuvent être testés sur les yeux et les bronches. Il est à noter que ces expériences sont effectuées dans le cabinet sous contrôle médical, car cela peut également entraîner de très fortes réactions. Et puis, au cas où la pratique n’est pas maîtrisée par le médecin, ce dernier pourra entraver la santé du patient que ce soit un adulte ou bien un enfant. D’où l’importance de consulter un allergologue.

Quelques informations à tenir comptent en ce qui concerne les allergies

En général, les réactions immunitaires sont provoquées par des aliments ou bien des substances que le corps ne tolère pas. Par ailleurs, se priver de ces derniers n’est pas suffisant, il faut consulter un médecin et suivre un traitement après la détection de l’allergène. Aussi, il est également important d’informer votre médecin en cas de maladie pulmonaire, d’affection  ou de problèmes cardiovasculaires, car cela peut déclencher des réactions cutanées au niveau de votre organisme. Il en va de même si vous prenez des médicaments tels que les antibiotiques amoxycillines ou pénicilline, ou des analgésiques comme l’AAS ou l’ibuprofène. En effet, ces types de médicaments sont souvent difficiles à assimiler, d’où l’apparition de quelques symptômes d’allergie. Cependant, aucun symptôme allergique aigu ne peut être ressenti immédiatement. En principe, le médecin doit être prêt à réagir rapidement à d’éventuelles réactions allergiques fortes. Par ailleurs, il est important de bien suivre les traitements notamment pour éviter les problèmes respiratoires et l’asthme provoqués par les aliments allergies et les pollens. Toutefois, il faut toujours demander l’avis d’un allergologue, car l’âge du patient peut changer tout le système de détection de l’allergène ainsi que le traitement à suivre.