Trouver le meilleur contrat de prévoyance TNS

Les TNS ou travailleurs non-salariés sont les commerçants, artisans, professions libérales, gérants non-salariés et les conjoints collaborateurs non-salariés. Même s’ils sont inscrits à leur propre régime social, cela ne leur permet pas de restituer les pertes de revenus relatifs aux divers risques au quotidien. D’où l’importance de la souscription à un contrat de prévoyance TNS. Mais comment choisir le bon contrat ?

Se renseigner auprès du régime obligatoire

Avant de penser à souscrire un contrat de prévoyance Madelin sur prevoyance-tns.aspicio.fr, il convient de solliciter des informations auprès de son régime obligatoire. Cela aidera à mieux comprendre toutes les garanties disponibles si jamais on est victime d’accidents, on décède ou on est dans l’incapacité de travailler. Cette démarche visera à bien définir les besoins en termes de contrat de prévoyance profession libérale. D’ailleurs, on aura également un aperçu concernant le niveau de couverture en temps actuel. Sans oublier l’opportunité de trouver d’autres garanties pour la couverture supplémentaire.

Les différentes catégories de prévoyance Madelin

Pour le contrat de prévoyance Madelin, deux offres sont proposées au candidats :

  • La formule en fonction de l’âge : la tarification de ce type de contrat s’accroit tous les ans ou par cinq ans et cela selon l’âge de l’inscrit. C’est une offre plus avantageuse pour une jeune personne mais plus coûteuse pour une personne âgée ;
  • La formule de prévoyance chef d’entreprise à tarif non variable : la tarification n’est en aucun cas liée à l’âge de l’abonné car elle est réglée d’avance. Il n’y a pas non plus d’évolution annuelle. Ce type de contrat est plus intéressant quand on mise sur le long terme. Toutefois, pour ne pas se tromper sur le choix, il est bien plus prudent de s’informer sur toutes les garanties nécessaires.

Les différentes garanties pour la prévoyance Madelin

Un contrat de prévoyance TNS couvre essentiellement trois cas à savoir l’inaptitude à travailler, le décès et l’invalidité. Une autre proposition comme la rente (conjoint et éducation) s’ajoute à cette liste. Ci après les garanties avec plus de détails :

  • La couverture d’arrêt de travail : lorsqu’un travailleur non-salarié est dans l’impossibilité de travailler à cause d’un accident ou d’une maladie, il bénéficie de cette garantie. Elle est sous forme de versement d’indemnité journalière. La durée de la situation d’incapacité est dénommée franchise. L’indemnisation varie d’un contrat à un autre donc à partir de 3 jours jusqu’à 90 jours pendant une période de 3 ans.
  • La couverture en cas d’inaptitude à travailler pendant un court moment ou pendant une durée indéterminée (permanente) : le montant de cette garantie est déterminé suite à une constatation de son taux d’invalidité. S’il arrive alors que son aptitude à effectuer son travail ait diminué, il recevra une indemnisation proportionnelle à cette situation ;
  • La couverture décès : parce que personne ne peut présager l’avenir, il est recommandé de penser à l’avenir de sa famille si jamais on disparait. Cette garantie est disponible soit en forme de fonds soit en forme de capital. Si le souscripteur venait à mourir accidentellement, sa famille recevrait le double de son capital. Le versement de la rente dépend de la volonté du bénéficiaire, cela peut être pendant 5, 10 ou encore 15 ans. Dans certains cas, ce type de contrat approuve un acquittement de la garantie même quand le souscripteur n’est pas encore mort. C’est-à-dire qu’il n’a plus la possibilité de faire n’importe quelle activité (manger, se laver, etc.) sans l’aide d’une tierce personne.
  • Les rentes d’éducation et la rente de conjoint : si l’assuré ne parvient plus à accomplir son travail dû à une invalidité absolue, cette forme de garantie est relative au paiement des études de ses enfants. s’il venait aussi à disparaître, son conjoint aurait aussi une rente à condition que le contrat contienne son nom et le montant.